L’horizon, le paysage immobile de l’homme en mouvement


Sandra Labaronne explore l’horizon, celui de la condition humaine. Effaçant les limites, elle ouvre sa réflexion sur d’autres horizons : l’être humain et le paysage, l’être humain dans le monde d’aujourd’hui, l’être humain migrant – migrateur comme les oiseaux. 


L’être humain se déplace pour survivre. Pour retrouver un horizon.


« On va toujours pouvoir bouger » : tel est le credo de la condition des Porteños (habitant de Buenos Aires). Buenos Aires, ville ouverte. Le Río de la Plata s’offre à l’océan Atlantique. Aller de l’autre côté, c’est aller vers un nouvel horizon, vers un inconnu chargé d’espérance. 


Partir ainsi, c’est déplier ses ailes à la manière d’un papillon. C’est accéder à sa liberté.

Si Sandra a vécu sous une dictature, elle a gardé en permanence l’horizon dans son regard afin d’être dans le monde.


Ce regard unique s’exprime dans l’ensemble de son œuvre.


Comment – pour ne citer que cet exemple – ne pas être touché, ne pas se sentir ému au tréfonds de soi, par les notes de mélancolie de En el campo de la Infancia ! Le paysage, l’animal et l’enfant ne font qu’un, rassemblés par la fusion des couleurs et des éléments. L’œil entre dans ce paysage, il se sent la fibre voyageuse.


L'atmosphère des toiles, ces pastels de tendresse, donnent déjà la mélodie, mélancolique, – mais jamais triste – de l’exposition.

Dans cet espace où les tableaux sont des maillons vivants, les créations sonores de son fils, Rodrigo Díaz, créent de la matière, génèrent une incarnation, des correspondances enveloppantes ; font naître des paysages où les sens sont revivifiés.


Le spectateur est immergé dans un monde mémoriel et onirique où la vie est plus puissante que celle de l’immédiat quotidien car elle rassemble les fils brisés de l'enfance, les souvenirs gravés dans l'inconscient éternel. L'œil plonge dans la mer accueillante des couleurs, la peau imagine la caresse de l'onde...


Des voix éteintes se raniment, viennent apaiser nos blessures.


L’horizon, pour le géographe, est une ligne imaginaire qui s'éloigne au fur et à mesure que l'on s'avance vers son territoire. Cependant, loin d’être un mirage, l’horizon, par sa faculté d’échapper à toute capture, oblige à accepter le mouvement par lequel s’écoule l’énergie de la vie, et son émotion.


Et comme Sandra le confie, c'est cet imaginaire lié à l’horizon qui travaille le regard et la pensée, transcende les dimensions. 


L’horizon est une frontière... sans frontière. Passer au-delà (chacun fera comme il peut), c'est peut-être accéder à une beauté sans rivale. À la possibilité de l’amour.


Telle est la quête de l'artiste qu’est Sandra Labaronne. 



François Augé

François Augé a publié son premier livre, Lumière cachée, un recueil de poèmes, en 2007. Il a également publié des essais : La vie avec soi, Nos vies en lecture, un roman : Début de roman. Son dernier ouvrage, Échappées, vient de paraître.

Il a enseigné le français pendant 40 ans. De cette expérience sont venus trois essais : L’école est finie, L’école de A à Z (Petit dictionnaire personnel), Petites choses sur l’école.

Son prochain livre : un roman dont l’action se situe à Buenos Aires en 2019, ville où il a séjourné à l’automne de cette année-là.


L’horizon,  le paysage immobile de l’homme en mouvement


Depuis toujours mon travail artistique tourne autour de la condition humaine et depuis quelques années plus précisément sur l’identité dans toutes ses formes, les migrations, les traces, la mémoire…


Ce sont des mots qui ont pris pour moi de nouvelles significations suite a ma propre migration, et qui ont éveillé mon intérêt pour d’autres histoires du mouvement dans le monde: celles de mes ancêtres dans les siècles passés, celles des inconnus qu’ils ont côtoyés dans leur aventure et celles d’aujourd’hui, qui continuent à nourrir les dialogues culturels, économiques, politiques et religieux. 


C’est à partir de cette recherche, que l’horizon s’est imposé à moi comme seul paysage possible pour une humanité en mouvement permanent. Cette ligne imaginaire, qui nous ramène irrémédiablement au paysage, renferme en elle d’autres idées qui renforcent l’état d’esprit de ceux qui partent. Ce « changer d’horizon » ou « élargir son horizon » donne l’élan vital de se « jeter » dans un inconnu dans lequel le seul élément, imaginaire certes, mais reconnaissable par toutes les cultures, c’est l’horizon...


©Sandra Labaronne 2020


Using Format